Interview de Christian-Eric Mauffre, Directeur du CEIDO (groupement de pharmaciens)


pharmacie covid-19

Le MSC Management des Industries de la Santé de l’ISC Paris est à l’écoute des évolutions et des nouvelles attentes de l’univers de la santé. Ses acteurs sont confrontés actuellement à une situation inédite dans l’histoire récente de la pharmacie.

Charles Berger, Directeur du MSC Management des Industries de la Santé de l’ISC Paris : Quelques sont les changements liés au Covid-19 dans le mode de fonctionnement des officines ?

Le réseau officinal s’est retrouvé en première ligne depuis le début de la crise sanitaire Covid 19 . En amont des mesures de confinement ,ce réseau de 22000 officines a dû répondre aux demandes d’éléments de protection masques et gels hydroalcooliques auprès de clients sensibilisés sur les gestes de protection par le Ministère de la Santé.

A partir du 16 Mars et de la mise en place des mesures de confinement, la pharmacie doit assurer la permanence de la délivrance des médicaments et des dispositifs médicaux et reste donc ouverte et accessible. Le réseau s’est organisé afin d’assurer un accueil dans de bonnes conditions à la fois des patients mais aussi des équipes , à travers la mise en place de protocoles et de circuits sécurisés.

Les pharmacies ont également la responsabilité de la distribution aux autres professionnels de santé des masques chirurgicaux et FFP2 grâce au maillage performant du territoire. De même, des dérogations permettent d’assurer la préparation de gel hydroalcoolique et le renouvellement des ordonnances après leur date de validité jusqu’au 31 Mai.

En terme d’organisation interne, la priorité est mise sur le médicament éthique et OTC, la parapharmacie se limite aux compléments alimentaires en relation avec la gestion des symptômes de l’épidémie et du confinement.

Cette contrainte de limitation d’accès favorise les initiatives soutenues par les groupements de pharmaciens : utilisation massive de l’envoi d’ordonnances par app ou internet, développement des livraisons, explosion de la téléconsultation à partir des relais officine.

Charles Berger : Quelles sont selon vous les forces de notre système de distribution des produits de santé en France à l’heure actuelle ?

La crise sanitaire a montré la robustesse du système de santé avec un maillage territorial dense ( une pharmacie à moins de 5 min de voiture) et la possibilité d’assurer la dispensation et le suivi des traitements même avec un accès médical rendu difficile par le confinement ; une logistique éprouvée avec les grossistes répartiteurs choisis comme maillon active dans la distribution des masques de protection pour les libéraux. Le développement important du générique permet en outre d’assurer une multiplicité des sources d’approvisionnement pour la continuité du service.

Charles Berger : Que voyez-vous comme améliorations indispensables à court et moyen terme ?

La crise sanitaire va être un accélérateur de l’interprofessionnalité qui tardait à se mettre en place. Les ESP ( équipe de soin primaire ) associant MG, infirmier(es) et pharmacien deviennent des réalités de fait et le déploiement sous l’égide des ARS d’outils digitaux destinés à faciliter la gestion des patients donne la direction. L’explosion de la téléconsultation et son relai à l officine demain avec le télésoin vont s’accompagner de la montée en puissance des services au patient. Le premier challenge réclamé par les officinaux est celui du dépistage massif à l’officine de la sensibilité au virus du Covid 19 , future étape envisagée par l’Etat. Le succès de la vaccination est gage de réussite.

Charles Berger : Quelles seraient les compétences managériales cruciales à développer rapidement ?

Le pharmacien en officine a toujours eu à gérer à la fois cet aspect de professionnel de santé et de manager d’une entreprise et d’une équipe. La richesse des nouvelles missions, les nouvelles attentes des clients consommateurs face au choix, au service et au conseil l’oblige à travailler de façon prioritaire la délégation, la gestion de projet et la culture du service Santé et Bien Être.